Asie

Malaisie – Taman Negara

By 13 janvier 2012 No Comments

Voilà, c’est fait ! Depuis le temps que j’en rêvais de la jungle malaisienne ! Nous sommes arrivés dans le petit village de Kuala Tahan après 3 heures de bateau, entourés d’une jungle vieille de plus de 150 millions d’années. Nous nous sommes trouvés une auberge de jeunesse tenue par un malaisien hyper sympa (j’ai l’impression de dire toujours la même chose : est-ce que tout les malaisiens seraient si gentils ?!), Rippi. Dès le lendemain matin, nous sommes partis à l’attaque de la forêt tropicale. Il fait gris, le sol est boueux, mais il fait une chaleur lourde et moite. Programme du matin : une marche de 4 heures pour voir les deux points les plus faciles d’accès sans guide : le canopy walkway (pont suspendu le plus long du monde : 500 mètres !) et un point de vue sur la jungle. Bon j’expie ma faute tout de suite : je n’étais absolument pas équipée. Ceux qui me connaissent savent que les randonnées n’ont jamais vraiment été mon truc, et que je préfère équiper mon sac de robes que de chaussures de marche. Mais bon, je m’en suis mordu les doigts, parce que mes Bensimon n’ont pas bien supporté les 2 jours de randonnées, et surtout à cause d’elle, j’ai failli m’étaler dans la boue plus d’une fois. C’est fou comme ça glisse ces trucs là !

Bref, après cette marche de 4 petites heures, nous sommes rentrés au village manger un petit quelque chose, et préparer nos sacs pour la suite de l’aventure. Car oui, ce n’était qu’un début !

Nos sacs chargés de vivres, de sacs de couchage, de lampes torches, d’eau, et d’un jeu de carte (bah oui, on se fait chier la nuit dans la jungle sinon !), nous sommes partis rejoindre ce qui sera notre refuge pour la nuit. Une cabane au milieu de la jungle à 11km du village. Nous nous sommes fait déposés en bateau au plus près, et avons marché pendant 1h30 pour atteindre le refuge. La pluie avait rameuté les sangsues, et (sans exagérer) nous en avons retiré au moins une cinquantaine en deux jours de nos chaussures. Je portais (en plus de mes Bensimon) le seul pantalon long que j’avais dans ma garde robe, acheté à Bangkok, plutôt style sarouel que pantalon de marche. Très peu adapté. Il a fait 30 minutes. Puis il s’est craqué du genou gauche jusqu’à la cuisse droite, tout le long de l’entrejambe. J’vous dis pas comment j’avais peur des sangsues après. Je me suis fais mordre la cuisse, mais j’ai eu le dessus sur elle, elle n’a pas fait long feu. Ensuite, je n’ai plus eu de problème. Et bien entendu, je n’avais pas de change. Nous avons atteint notre refuge vers 17h30. Après avoir observé les écureuils qui venaient voir qui étaient les nouveaux habitants de leur maison dans les arbres, nous nous sommes régalés de riz froid et de thon à la mayonnaise en boite de conserve. La nuit tombée, nous avons attendus les gros mammifères qu’on nous avait annoncé, mais sans succès. Les seules bestioles que nous aurons le loisir d’observer seront les rats qui infestent le refuge, les lucioles et les moustiques. Ca valait le coup de dormir dans la jungle tiens ! Bon, malgré le fait que j’ai quand même pas mal flippé toute seule (y’a quand même des tigres, des ours, des léopards qui vivent dans cette foutue jungle !) et que j’ai dormi sur une planche de bois, c’était une super expérience.

Le lendemain, nous sommes rentrés par une chemin de randonné qui aurait du nous prendre 4h et qui nous en a pris 6. Bah oui, en Bensimon, je suis pas très rapide. J’étais heureusement armée d’un bâton qui m’aidait à me tenir dans la boue, et qui m’a donné des ampoules sur les mains… Nous avons même traversé une rivière, pied nus, avec les chaussures dans les mains. Et toujours toutes ces sangsues autour de nous. Fascinant cet animal d’ailleurs, vraiment. Bref, pendant 2 jours, je me suis sentie l’âme d’une aventurière, et c’est pas mal en fait. Mais bon, ça fait du bien de retourner à la civilisation finalement.

Je tiens tout de même à préciser que même Brice était plutôt fière de ma capacité à faire 12h de marche en deux jours, au milieu de la jungle. Alors moi, je vous dis pas. Je suis méga-fière. 🙂

Prochain article : Kuala Lumpur

Leave a Reply