Dans la série des destinations faciles pour un week-end depuis Paris, j’ai nommé la Normandie ! Pendant ce qu’on appellera “Le Tour de France des Pelsius“, nous avons mis le cap sur Caen et sa région.
Sous un vrai temps normand, à base de “oh y r’pleut !”, mais nous en avons bien profité.

 

Au programme, plages du débarquement et visite de la ville de Caen.

 

Depuis Saint Lazare, le train pour Caen ne coûte pas cher (20€ environ), et permet de se mettre au vert en seulement 2 heures ! À l’arrivée, on retrouve mon ami Quentin, parisien expatrié, qui adore sa nouvelle vie caennaise. On monte dans la voiture, et on file directement vers la Manche.

Pour moi, c’était la première fois que je découvrais les plages du débarquement. Un passage obligé dans notre histoire européenne. C’est terriblement impressionnant.
Nous avons débuté à Arromanches, le long de la plage, et du mémorial de la Seconde Guerre Mondiale.

Puis direction la Pointe du Hoc et son terrain encore accidenté par les trous d’obus. On visite les bunkers, on imagine ce qu’ont vécu il y a seulement un demi-siècle les français, allemands, anglais et américains qui se sont croisés sur ces falaises. Ça fait toujours une drôle de sensation de visiter des endroits chargés d’autant d’histoire et de drames humains.
Nous avons ensuite mis le cap sur le cimetière américain. Territoire américain en Normandie, et pour avoir visité Washington il y a peu de temps, on s’y retrouve ! Le calme, les croix alignées sur des centaines de mètres, et toutes ces perspectives… on ressent à la fois une calme intérieure et un poids énorme de penser à toutes ces personnes enterrées ici, pour que nous puissions vivre dans la liberté que nous connaissons aujourd’hui. Un moment hors du temps.

Ballade en ville

 

Puis, fin de la vadrouille, retour sur Caen. Sans toutefois oublier de passer par la case “Restaurant” et quel restaurant ! Les aventures nous ont creusé l’appétit, et Au Père Tranquille sait accueillir et faire plaisir à ses convives ! Une déco à tomber par terre, les pieds dans l’eau, et des assiettes à se damner.
Pour finir le week-end, la visite de Caen est finalement rapidement faite. Quelques incontournables qui orienteront votre ballade et qui valent le détour :
  • L’abbaye aux dames
  • L’abbaye aux hommes
  • Le Chateau de Guillaume le Conquérant
  • Le Vieux Caen

Pour l’activité du samedi soir ?

J’ai fait plaisir aux hommes, et j’ai suivi de bon cœur l’excursion jusqu’au Stade Malherbe pour aller voir le match Caen/Dijon. J’aime les ambiances de stade, électriques et bon enfant. Surtout en province, où les parents amènent leurs enfants et où on mange des frites en buvant des bières et en chantant. On est loin des supporters survoltés, et les injures ne fusent qu’à mi-mots.

 

Puis très vite, c’est déjà l’heure de rentrer à Paris, de quitter la mer, les amis, de retourner par le train jusqu’à la capitale.

 

Comme je vous disait, un week-end facile, à deux petites heures de train, pour quitter l’effervescence parisienne et aller voir la mer, reconnecter avec le passé de notre pays, et découvrir une nouvelle ville historique. Que demander de plus ?

Leave a Reply